Jan 152015
 

Complémentaire de ce billet de blog, cette vidéo comporte des démonstrations :

Note : je vous propose des cours particuliers à distance sûrs et efficaces pour maîtriser Scrivener, voir cette page.

Présentation des deux modes de visualisation, comment on y accède


La première icône affiche le document
La deuxième icône affiche le tableau d’affichage
La troisième icône affiche le plan ou organisateur

En un clic, on passe d’un mode d’affichage qui permet d’écrire (le mode « affichage du document » ou éditeur) à deux autres modes de visualisation : tableau d’affichage et plan ou organisateur, qui ne montrent plus vos écrits mais des informations sur ces écrits, ce qui facilite la prise de décision.

On accède à ces deux modes d’affichage soit à l’aide du menu afficher soit par des icônes dédiées de la barre d’outil (voir l’illustration ci-dessus).

Le mode « tableau d’affichage »


Ce mode d’affichage est adapté pour prendre des décisions sur un chapitre, ou une section particulière de votre oeuvre. Pour une bonne utilisation, il faut partir soit d’un dossier, soit d’une sélection de textes.


Les « cartes » qui apparaissent affichent le titre des textes, ainsi que des résumés (qu’il faut remplir) : cela permet d’accéder à une vision d’ensemble sur un chapitre et de mener une réflexion sur vos écrits. Concrètement il sera possible :
– de modifier l’ordre des documents ou le titre
– de modifier un résumé
– d’ajouter un nouveau document
Si vous préférez le papier, vous pouvez imprimer le tableau d’affichage.

Le mode « plan » ou « organisateur »


Contrairement au mode « tableau d’affichage » utile pour une sélection d’éléments ou un chapitre, le mode « plan » ou « organisateur » permet de visualiser et donc de prendre des décisions sur un nombre plus important d’éléments.
Vous verrez des données liées à chaque élément : titre, résumé, nombre de mots, et bien d’autres possibilités.
La liste est personnalisable, pour cela passez par le menu : Afficher/Colonnes de l’organisateur.
Ce mode de visualisation permettra de modifier rapidement les données (titre, résumé, etc.) mais aussi de suivre l’avancée de votre projet, par exemple en vérifiant le nombre de mots ou de caractères présent pour chaque texte.
Il est possible de déplacer des éléments, en les faisant glisser vers la destination souhaitée.
Si vous disposez de la version Macintosh, vous pouvez faire un tri par colonne, pour faire apparaître par exemple les derniers éléments modifiés, ou encore faire une impression des données qui apparaissent en mode plan, ces fonctionnalités seront présentes bientôt aussi dans la version Windows.

Voici la liste des articles de cette série destinée à ceux qui veulent découvrir et pratiquer Scrivener et bénéficier d’un tour d’horizon sur ses fonctionnalités et ses usages.

1/6 Présentation du logiciel, l’interface, projets et modèles
2/6  Travailler avec le classeur, structurer son projet d’écriture
3/6 Visualisations et aide à la décision : modes « tableau d’affichage » et « plan »
4/6 Les métadonnées : classer et répertorier écrits et documentation
5/6 Notes et commentaires : commenter et annoter ses écrits
6/6 La compilation : produire le document final

Jan 132015
 

Complémentaire de ce billet de blog, cette vidéo comporte des démonstrations :

Note : je vous propose des cours particuliers à distance sûrs et efficaces pour maîtriser Scrivener, voir cette page.

Présentation du classeur

L’organisation du classeur est importante car elle met en jeu la structuration du travail d’écriture. Par exemple les chapitres du document final seront des dossiers et les parties du chapitre les textes contenus dans les dossiers.

On imagine souvent ce travail de structuration comme étant long et laborieux, or Scrivener offre de nombreux outils qui facilitent la tâche.


Les dossiers visibles dans le classeur, à gauche, deviendront autant de chapitres

Les trois dossiers racines présents

Tout projet Scrivener aura au moins trois dossiers racines : des dossiers principaux au premier niveau.

Ces trois dossiers peuvent être renommés, ils ne peuvent être supprimés.


Il s’agit du dossier ébauche dans lequel il faudra placer tous les écrits afin de correctement produire un document final. Ce dossier ne peut contenir que vos écrits, à la différence du dossier recherche destiné à recueillir toute la documentation, comme des pages web, des fichiers pdf. Troisième dossier racine, le dossier corbeille, dans lequel iront les éléments écrits ou documents dont on ne veux plus.

Dossiers racines : en créer un

Il est possible de créer des dossiers racine « de travail » autres que le dossier ébauche (destiné à être publié) et le dossier recherche (pour la documentation) afin par exemple de constituer un dossier de fiches personnages ou un dossier « lieux » pour l’écriture d’un roman.


Certains modèles pour Scrivener, comme le modèle (en anglais) pour l’écriture des romans, contiennent déjà des dossiers modèles spécifiques.

D’autres idées pour ces dossiers au niveau racine : un dossier d’archive pour conserver des passages que vous ne désirez plus publier, un dossier plans dans lequel conserver des projets de plans de vos écrits.

Ajouter un texte


Un peu de pratique : comment faire pour créer un texte ?

Situez-vous, dans le classeur, dans le dossier où le texte sera disposé. Pour que ce texte soit pris en compte lors de la compilation, il faut qu’il dépende du dossier racine ébauche.

Cliquez sur le bouton vert d’ajout : le texte est ajouté.

Ajouter un dossier


Pour ajouter un dossier, il faudra se servir de la petite flèche qui apparaît à coté de l’icône verte, et sélectionner l’option Nouveau dossier.

Si un dossier ou un texte n’est pas à l’endroit voulu, il sera toujours possible de le déplacer en le faisant glisser

Importer des fichiers

Lorsque vous commencez un projet d’écriture sur Scrivener, il y a de bonnes chances que vous ayez déjà du contenu, écrit ou documents d’appui, sur votre poste informatique.

Ainsi vous pourrez importer des fichiers pdf de documentation dans le dossier recherche, et des fichiers word qui contiennent vos premiers écrits dans le dossier ébauche, ils seront aussitôt convertis en textes de Scrivener.

Opérations sur les éléments : regrouper, fusionner, fractionner

Comme je l’ai déjà évoqué plus haut, il est facile sur Scrivener de structurer un plan : vous pouvez ainsi tester un découpage, puis un autre, changer d’idée, revenir en arrière plus facilement qu’avec un logiciel traitement de texte ordinaire.

Parmi les fonctionnalités de Scrivener qui aident à structurer :

– Pour que des éléments sélectionnés soient regroupés automatiquement dans un nouveau dossier, après les avoir sélectionnés, passez par le menu document/regrouper (ou clic droit puis regrouper)

– Pour que des textes différents n’en forment plus qu’un, il faut les sélectionner, puis passer par le menu document/fusionner.

– Si vous désirez scinder un long texte en plusieurs textes, placez-vous à l’endroit qui fera la séparation, puis passez par le menu document/fractionner.

Voici la liste des articles de cette série destinée à ceux qui veulent découvrir et pratiquer Scrivener et bénéficier d’un tour d’horizon sur ses fonctionnalités et ses usages.

1/6 Présentation du logiciel, l’interface, projets et modèles
2/6  Travailler avec le classeur, structurer son projet d’écriture
3/6 Visualisations et aide à la décision : modes « tableau d’affichage » et « plan »
4/6 Les métadonnées : classer et répertorier écrits et documentation
5/6 Notes et commentaires : commenter et annoter ses écrits
6/6 La compilation : produire le document final

Jan 052015
 

Stage : Scrivener, le logiciel qui facilite l’écriture – Toulouse les 23 et 24/05/2016 voir : http://www.francoismagnan.info/?p=1093

Complémentaire de ce billet de blog, cette vidéo comporte des démonstrations :

Après avoir rédigé sur ce blog un premier article présentant de façon synthétique l’outil d’écriture : Scrivener facilite l’écriture d’une thèse, d’un rapport, essai, roman, mémoire, etc. , voici une série d’article destinée à ceux qui veulent découvrir et pratiquer Scrivener et bénéficier d’un tour d’horizon plus détaillé de ses fonctionnalités et ses usages.

Voici la liste des articles  :

1/6 Présentation du logiciel, l’interface, projets et modèles
2/6  Travailler avec le classeur, structurer son projet d’écriture
3/6 Visualisations et aide à la décision : modes « tableau d’affichage » et « plan »
4/6 Les métadonnées : classer et répertorier écrits et documentation
5/6 Notes et commentaires : commenter et annoter ses écrits
6/6 La compilation : produire le document final

Ce premier article de la série présente brièvement Scrivener, le traitement de texte destiné aux auteurs, son interface, et explique les notions de projet et modèle.

Conçu pour être utile au travail d’écriture, disponible pour environ 35 euros pour Windows et Macintosh, Scrivener permet de structurer aisément l’écrit, gère la documentation nécessaire et les différentes notes de travail. Quant la rédaction est terminée, une procédure, la compilation permettra de sortir tout ou partie du document sous de nombreux formats, comme un ebook au format pdf ou epub.

 scrivenerIntéressons-nous à l’interface du logiciel, qui , même s’il est très personnalisable, devrait se présenter à vous avec trois parties distinctes :
A gauche, le classeur qui affiche la structure de votre document dont des dossiers qui pourront être les chapitres, et les textes, des sections plus fines.
Au centre, l’affichage du document : ici on pourra écrire.
A droite, l’inspecteur : ici s’afficheront plein d’informations sur les différentes sections de vos écrits, comme des mots-clefs, des commentaires, des résumés, et notes de bas de page. Elles sont utiles pour organiser le travail d’écriture, mais à l’exception des notes de bas de page elles ne seront pas intégrées dans le document final

Qu’est ce qu’un « projet Scrivener » ? 

Avec le logiciel Word on travaille sur un document, avec le tableur Excel on travaille sur un classeur. Avec Scrivener, dès l’ouverture du logiciel, il vous est demandé de créer un « projet » et de préciser dans quel dossier de l’ordinateur il sera créé.
Le « projet » Scrivener rassemble les éléments (les écrits, la documentation, les notes de travail) qui correspondent à un projet d’écriture comme une thèse, un roman, un mémoire.

 projet Scrivener WindowsCe projet sera conservé sous la forme d’un dossier portant le nom du projet sous Windows : ainsi, on peut voir sur l’image ci-dessus que le dossier nommé rock progressif.scriv contient des sous dossiers ainsi qu’un fichier nommé rock progressif.scrivx, il suffira de cliquer sur ce dernier fichier pour que le projet s’ouvre dans le logiciel Scrivener.
Sur Macintosh, ce même projet se présentera sous la forme d’une archive rock progressif.scriv sur laquelle il faudra cliquer pour que le projet s’ouvre.
Un même projet sera bien reconnu par les deux systèmes d’exploitation : vous pouvez commencer votre travail sur un ordinateur sur Windows, le reprendre sur un Macintosh sans que cela ne pose de difficulté technique.

Qu’est ce qu’un modèle ?

La notion de « modèle » sur Scrivener est aussi fondamentale que celle de « projet » que nous venons d’évoquer.

 modelescrivenerQuand vous créez un nouveau projet, il vous est demandé de choisir un modèle, c’est à dire une prédisposition de textes, dossiers, avec des règles de formatages et divers réglages conçus selon des objectifs d »écriture comme un roman, un essai, un scénario.

 modelescrivenernovelcharacterAinsi, le modèle novel ou roman(illustration ci-dessus) contient des conseils pour écrire un roman, ainsi qu’un dossier pouvant contenir des fiches personnages.
Les modèles proposés par Scrivener sont actuellement adaptés au monde anglophone, pour cette raison, à moins que vous ne n’écriviez en anglais, je vous conseille de commencer à travailler à partir d’un modèle vide, qui ne contiendra que le dossier ébauche/brouillon pour placer les écrits, et un dossier recherche pour placer la documentation. Par la suite, lorsque vous maîtriserez mieux l’outil il vous sera possible de créer un modèle personnalisé

Avr 302014
 
Ce tutoriel s’adresse à ceux (écrivains, blogueurs professionnels, journalistes, chercheurs) dont la profession ou l’occupation majeure est l’écriture. Établir un processus efficace et constant de recherche documentaire et d’écriture utilisant plusieurs excellents outils peut vous aider dans votre travail.
 
Il s’agit d’utiliser avec méthode :
Evernote, qui capturera et gérera la documentation
Scrivener, pour réaliser votre projet d’écriture
Et, si le projet d’écriture requiert de nombreuses références bibliographiques, Zotero pour les gérer et les insérer automatiquement.

 

 
evenote

Evernote est une solution de capture tout terrain. Tous les éléments, documentation ou notes nécessaires à votre travail peuvent être collectées et classées avec ce logiciel. Tout ce qui lui est confié sera présent à la fois sur le poste informatique et sur un compte en ligne, ce qui multiplie les possibilités d’accès et de capture. On pourra ainsi capturer :  des pages web depuis le navigateur, des fichiers depuis l’ordinateur en les faisant glisser, mais aussi enregistrer sa voix ou prendre des photos à l’aide d’un smartphone, scanner des documents papier.

Supposons l’écriture d’une étude sur le rock progressif ; dans un premier temps, je collecte toutes les informations intéressantes dans un carnet (un dossier) Evernote intitulé : « rock progressif » et des carnets secondaires thématiques (sous dossiers), sans être certain qu’elles seront reprises dans le document final : lors du passage dans le logiciel d’écriture, une autre sélection sera opérée.
Les éléments capturés  appelés « notes » seront aussi classés à l’aide d’étiquettes (les mots-clefs) afin d’être trouvés facilement. Lors de cette phase de collecte, je préfère un classement très simple pour simplifier la capture. En effet Evernote dispose d’un très bon moteur de recherche qui permet à lui seul de retrouver presque tous les éléments.

 
capture_evernote
La capture se fait très simplement depuis le navigateur après l’installation de l’extension pour Evernote. Face à une page web que vous voulez garder en mémoire, clic sur l’icône Evernote (1), vous pouvez modifier son titre, indiquer le carnet pour le rangement et les étiquettes pour l’indexation, ainsi qu’un commentaire éventuel (2). Enfin, cliquez sur Capturer l’article (3).
 
bibliotheque_evenote
Sur Evernote, tout est facile à trouver, via le moteur de recherche (1), par carnets (2), par étiquettes (3). Ensuite, la liste des éléments apparaît (4), avec la visualisation de la page conservée (5). Vous pouvez alors consulter ou modifier votre commentaire (zone encadrée 5).
 
Petit à petit, une bibliothèque d’éléments capturés, classés, annotés, s’est constituée sur Evernote. L’étape suivante est la réalisation du projet d’écriture sur le logiciel Scrivener.
Il est possible d’écrire sur Evernote, et pour des besoins ponctuels c’est suffisant. Mais, plus qu’Evernote, Scrivener dispose d’outils puissants d’aide à l’écriture, comme la gestion du plan de l’écrit, des notes de travail ainsi que la production du document final à partir des éléments choisis : c’est un vrai studio d’écriture, tandis qu’Evernote est un logiciel dédié à la collecte et à la gestion des informations avec des fonctionnalités pour l’écriture.
 
Faire passer votre documentation et vos notes personnelles d’Evernote à Scrivener sera comme aller chercher dans votre bibliothèque personnelle les seuls éléments qui alimentent le travail d’écriture.
 
 
 
scrivener

Voici en détail à quoi ressemble l’interface de Scrivener après le transfert des éléments utiles au projet depuis Evernote et quelques heures passées à rédiger.
1/ Les dossiers et les items qui contiennent les écrits . L’arborescence représente le plan d’ensemble, c’est à partir de là que sera produit le document final, lors de la « compilation ».
2/ Le dossier de recherche : c’est ici que vous pourrez placer les éléments de documentation les plus intéressants
3/ Zone pour écrire
4 / Ici, les métadonnées, c’est à dire les résumés, notes, mots-clefs, liens vers des sites ou des fichiers qui aideront à gérer le projet d’écriture.

 

Si vous travaillez dans un cadre de recherche scientifique, avec des références bibliographiques nombreuses, vous pourrez joindre au dispositif un logiciel de gestion des références bibliographiques comme Zotero qui permet de capturer les références bibliographiques, les gère, les exporte facilement dans l’écrit final.

 

 Ce dispositif peut paraître exigeant en terme d’outils et d’apprentissage, essentiellement lors de sa mise en place, mais il deviendra par la suite très rentable. Vous pourrez alors vous consacrer entièrement à votre travail d’écriture.

 

 Des ressources en ligne :

 Site d’Evernote

Site de scrivener

Site de Zotero

 

Sur Evernote :

Tutoriel Evernote par Laurène Castor
Un tutoriel vidéo Evernote bien fait et très concret

« Tutoriel Evernote » par Antoine Phode
Un court tutoriel en français pour découvrir Evernote

« Going paperless: tips for organizing your digital file cabinet ». par Jamie Todd Rubin.
Très bonne lecture pour apprendre à s’organiser sur Evernote, pour bien utiliser carnets, étiquettes et moteur de recherche

 

Sur Scrivener :

« Scrivener facilite l’écriture d’une thèse, d’un rapport, essai, roman, mémoire, etc. »
Sur ce même blog  : explications sur Scrivener, et vidéo

 Sur Zotero :

Mes tutoriels vidéo pour se former à Zotero.

 

Sur l’utilisation conjointe d’Evernote et Scrivener

« Using Scrivener and Evernote to Write Your Book » LiveHacked.
Comment utiliser Scrivener et Evernote pour écrire un livre. La majeure partie de l’article porte sur Scrivener, le rôle d’Evernote est mentionné en fin.

« Why I Love Scrivener and Evernote » par Heather McCoubrey
Un auteur utilise de concert Evernote et Scrivener. l’article évoque surtout Scrivener

«Scrivener and Evernote – a perfect pair » par Steve Shipley.
Comment faire fonctionner Evernote et Scrivener ensemble. Illustrations et exemples détailles

« Scrivener and Evernote: Better Together » par John Castle.